Adieu de Lazare de BAÏF

Publié le 14 Mai 2017

Faire ne puis sans deuil et déplaisir Ce qu'il convient et force est que je fasse. Devoir requiert ce qu'empêche désir ; Amour retient ce que raison pourchasse. Un bien me rit et l'autre me menace ; Dont entre deux convient que je soupire. Las ! je veux trop ; mais crainte me retire, Qui ne permet que mon mal je découvre. En ce tourment adieu je viens vous dire, La larme à l'oeil, sans que ma bouche s'ouvre.

Rédigé par juste moi

Publié dans #jeux de mots

Repost 0
Commenter cet article