De l'amant douloureux de Clément MAROT

Publié le 22 Mars 2017

Avant mes jours morts me faut encourir Par un regard, dont m'as voulu férir, Et ne te chaut de ma griève tristesse : Mais n'est-ce pas à toi grande rudesse, Vu que tu peux si bien me secourir ?

Auprès de l'eau me faut de soif périr.

Je me vois jeune, et en âge fleurir, Et si me montre être plein de vieillesse Avant mes jours.

Or, si je meurs, je veux Dieu requérir

Prendre mon âme : et sans plus enquérir, Je donne aux vers mon corps plein de faiblesse.

Quant est du cœur, du tout je te le laisse, Ce nonobstant que me fasses mourir Avant mes jours.

Rédigé par juste moi

Publié dans #jeux de mots

Repost 0
Commenter cet article